Réseau d'échange
Tourisme associatif et développement durable

Bon à savoir

Plus que centenaires, les auberges de jeunesse se disent toujours vertes

Source: 
Localtis.info
fuaj_nouveau_logo_dec_2005.jpg

"Elles sont BBC, HQE et parfois même THPE. Elles récupèrent l'eau de pluie et l'énergie du soleil. Elles naissent de la reconversion de bâtiments en friche et s'intègrent dans des projets de renouvellement urbain. De là à dire qu'une nouvelle génération d'auberges de jeunesse est en train de voir le jour, il n'y a pas loin...

"Economie de l’eau, voyage à pied, consommation de produits locaux… les auberges de jeunesse étaient écologiques dès le début, sans le savoir !", affirme Edith Arnoult Brill, secrétaire générale de la Fédération unie des auberges de jeunesse (FUAJ), à quelques jours de la Earth Hour (*) et de la semaine du développement durable (**).

"Les premières étaient situées à l’écart des villes et espacées d’une journée de marche"

"Initialement créées pour permettre aux jeunes voyageurs de découvrir les campagnes et de voyager tout en respectant la nature, les auberges de jeunesse sont liées à l’environnement depuis leur origine dans les années 30", se flatte la FUAJ (elle-même créée en 1956 et qui compte aujourd'hui 130.000 auberges adhérentes). Et de rappeler que "les premières structures étaient situées à l’écart des villes et espacées d’une journée de marche afin de pouvoir être reliées à pieds".

La Fédération se félicite de voir apparaître depuis quelques années, une nouvelle génération d'auberges de jeunesse qui a intégré les préceptes écologiques dans l'air du temps. Verra ainsi le jour, en mai 2015, à Lille, dans le quartier HLM des années 50 en rénovation de la porte de Valenciennes (proche d'Euralille 4), une auberge de jeunesse d'un type particulier. Elle sera située dans un équipement public comprenant également un "centre des innovations socio-économiques" et un centre multi-accueil petite enfance. La maîtrise d’ouvrage est assurée par la ville de Lille. Le bâtiment sera basse consommation (BBC) et une gestion des eaux pluviales permettra de chauffer l’eau des douches par récupération d’énergie.

Auberge de jeunesse et centrale solaire

A Paris, l'auberge de jeunesse Yves-Robert, inaugurée en mai 2013, est située "dans le premier Eco-quartier solidaire" de la capitale, s'enorgueillit la FUAJ. Il s'agit de la ZAC Pajol et de sa halle, un ancien entrepôt de la SNCF situé dans le quartier populaire de La Chapelle (XVIIIe arr.) et réhabilité en équipement touristique. C'est aussi la première "centrale solaire urbaine", avec ses 3.500 m2 de panneaux photovoltaïques et solaires installés sur le toit de l'auberge de jeunesse (voir notre article du 9 février 2012). Le bâtiment est BBC et THPE (très haute performance énergétique). Il respecte les normes HQE (haute qualité environnementale). Il est équipé d’une ventilation mécanique double flux, de double vitrage, d’un système de récupération des eaux de pluie. Il utilise des matériaux à faible énergie grise (bois, chanvre linoleum). La halle Pajol abrite également une salle de spectacles, des salles de réunion, des commerces (un restaurant, une boulangerie…), une bibliothèque sur pilotis et un jardin public couvert".

En savoir plus

Ordre: 
10